Concerts de Noël 2012

Magnificat, C.P.E. Bach
Die Hebriden, F. Mendelssohn
Vom Himmel Hoch, F. Mendelssohn

En collaboration avec le Choeur des Pays du Mont-Blanc
et l’ensemble instrumental “Le Jardin Musical”

Dimanche 2 décembre 2012, 17h, Temple de Lutry
Samedi 8 décembre 2012, 20h45, Eglise de Sallanches, Haute-Savoie (F)
Dimanche 9 décembre 2012, 18hoo, Eglise de Reignier, Haute-Savoie (F)

 

Programme :Affiche Concerts décembre 2012

Carl Philip Emanuel Bach
Magnificat, Wq 215
Felix Mendelssohn
Die Hebriden, Op. 26
Vom Himmel Hoch, Cantate de Noël

 

Rossella Giachero, soprano
Catherine Pillonel-Bachetta, alto
Andrea Fermi, ténor
Valerio Zanolli, baryton

Roberto Rega, direction

 

 

Magnificat, Wq 215, C.P.E. Bach

Carl Philipp Emanuel Bach était le deuxième fils de Johann Sebastian Bach. Son œuvre en général fut influencée par celle de son père, et plus particulièrement le Magnificat en Ré majeur. Le Magnificat est l’un des chants fondamentaux de la liturgie chrétienne catholique, lié au mystère de la Nativité et à la période de l’Avent. Comme beaucoup d’autres compositeurs, C.P.E. Bach s’est inspiré de ce chant pour écrire une œuvre majestueuse et solaire de large ampleur, composée de neuf sections alternant chœur et solistes. Le Magnificat fut achevé à Berlin en 1749 et servit de modèle, tout comme celui de Bach-père, au Magnificat (écrit également en Ré majeur) qu’un jeune Mendelssohn devait composer en 1822 à treize ans seulement.

Die Hebriden, Vom Himmel hoch, F. Mendelssohn-Bartholdy

L’ouverture de Mendelssohn Die Hebriden a été composée en 1830, un an avant la cantate Vom Himmel hoch. Les deux oeuvres sont écrites pour le même ensemble orchestral (cordes, vents par deux, 2 cors, 2 trompettes et timbales). Bien que fruits d’une commune sensibilité romantique, ces deux compositions sont très différentes par conception et nature : alors que l’ouverture Die Hebriden – l’une des œuvres les plus jouées et aimées de Mendelssohn – est inspirée par la Nature, la cantate Vom Himmel hoch est écrite pour la nuit de Noël et doit son origine à la tradition protestante des chorales de Luter.

Auteur et promoteur de la “Bach Renaissance”, Mendelssohn nourrissait pour Johann Sebastian Bach la plus fervente admiration dont les traces sont plus qu’évidentes dans la cantate Vom Himmel hoch. Effectivement, tant la structure que l’écriture de cette œuvre sont un hommage ouvert au compositeur.

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Les commentaires sont fermés.